à la Une

Reconnaître la Vérité entre les mensonges.

Perdre connaissance de ce monde et reprendre connaissance dans la Jérusalem Nouvelle.

Publicités

Pour plusieurs Enfants de Dieu il est important de reconnaître le vrai du faux, d’une bonne ou d’une mauvaise interprétation des Textes Sacrés. Savoir faire la différence entre les enseignements des hommes ou l’Enseignement de la Parole de Dieu. Ce blogue a été fait pour vous donner des exemples sur des paroles d’hommes qui salissent votre esprit et l’induit en erreur. Mais il y a beaucoup plus que cela a découvrir. Pour vous donner la chance de pouvoir penser par vous même il serait préférable que vous ne lisiez que deux livres… Le premier est celui qui ouvre les six premiers sceaux qui scellent la Bible, c’est-à-dire le livre de l’auteur, Zorobabel. Il s’intitule ; Le Signe du Fils de l’homme, vous pouvez le trouver ici :

Le Signe attendu : Le Signe du Fils de l’homme.

Zorobabel 1

Seulement après avoir prit connaissance de ce que Zorobabel dit dans ses textes, vous serez en mesure de pouvoir interpréter les Écritures de la Bible, enfin les Paroles de Dieu ne seront plus un mystère pour vous. Dès lors vous pourrez portez du fruit et partager la Bonne nouvelle de son Retour dans les toutes les Nations pour réveiller les Élus. Afin qu’ils prennent part comme vous et moi au Nouveau Monde.

 

Laissez-vous bercer par ; Le conte de votre Essence

Le véritable espoir qui n’en est pas-un, est la comparaison poétique que nous, nous pouvons en faire pour vous montrer une pieuse image, comme autrefois notre ancêtre Salomon fit une grande louange en écrivant le Livre de la Sagesse, voici l’éloge de Salomé dans le petit Conte de l’Essence.

L’histoire de votre Essence débute dans un lieu sans nom, sans dimension, c’est une Cité pratiquement indescriptible !

Une contrée lointaine, pour beaucoup de gens c’est un endroit introuvable en même temps il est insondable, mais pour ceux qui ont été choisis par Elle pour faire partie de son récit, ils s’auront la Vérité, Elle est en eux et eux en Elle. Fusion parfaite, en cet espace ni de haut ni de bas et il ne fait ni chaud ni froid.

En fait, cette histoire n’a jamais débuté, elle a simplement toujours été qu’une absolue constance de mouvements !

Une minorité de gens se demanda comment ce qui a toujours été, qui de plus est à chaque jour vérifiable par la réalité qu’Elle nous distribue par tous nos sens, peut ainsi disparaître d’eux ?

Elle a toujours été et sera toujours, Elle déplace sans cesse dans un gracieux cyclone de va-et-vient, comme au son d’une note de mélodie sans fin, Elle fait soulever et insuffle toutes choses infatigablement sans connaissance de quoi que ce soit, de quoi que ce soit !

Elle ne part de rien, ne va nulle part, Elle est partout et Elle EST tout naturellement.

 Il y a de cela non pas des milliers ou même des millions d’années, non, c’est plutôt comme un moment qui passe pleinement et sans cesse, donc, perpétuelle, ce qui est comparable au moment présent que tous connaissent, mais que peu de gens en saisissent les sens et pour faire un divin jeu de mots, n’en saisissent l’Essence !

 Dans un grand Domaine sans structure ni fondement où gouverne le vide, on perçoit le silence. Quand de la quiétude la Parole murmure, l’œuvre se met à danser, elle apparaît sous la vibration de ses cordes vocales inexistante ! Tout cela pour Elle et Elle seulement. Car, l’Essence est seule. L’Essence se suffit à elle-même.

 Elle n’est ni masculin ni féminin, comme les anges. Ses créations, les créatures lui donnèrent plusieurs noms symboliquement, Dieu, Paradis, Seigneur, Royaume, Je Suis, Jésus, Bouddha, Esprit, Créateur et des dizaines et dizaines d’autres au genre masculin, mais l’Essence est à la fois Mère et Père, Lumière et Noirceur de tous.

 Elle prend bonheur à voir passer les agréments qu’Elle crées sans s’y attarder, sans s’y attacher et sans les retenir ni d’un regard ni d’une poignée, pour son propre plaisir.

 En vérité Elle n’a ni yeux et ni mains, intelligible, Elle EST, sans poids et sans forme, indéfinissable Elle entre et sort par les portes des visages sans ce faire voire, sans même se faire percevoir, sauf par quelques Élus nourrit d’ardeur et fruits de ses entrailles.

Toujours là, infiniment présente, c’est une brise apaisante et douce qui vous passe sous le nez à chacune de vos inspirations et à chacune de vos expirations. Elle est ce qui fait votre respiration, Elle vous a donné le souffle et ainsi une existence pour un instant, son instant, c’est l’instant ou surviennent les images.

 Par cette existence Elle vit en vous, et vous en Elle… parmi un tourbillon de gracieuses animations comme au son d’une note de musique sans dénouement, Elle fait bouger et anime toutes choses inlassablement sans représentation de quoi que ce soit, de quoi que ce soit !

 Par les yeux et les mains qu’Elle vous a dessinés, l’Essence prend plaisir à voir advenir les images qu’Elle crée sans les calculer, sans les conserver ni des yeux ni des mains.

L’Essence n’a aucune couleur, mais d’Elle toutes les couleurs apparaissent, comme un arc-en-ciel surgissant de rien.

 C’est une Merveille que personne ne pourrait définir avec exactitude sans employer des milliers de mots à vous en faire perdre l’esprit. Un trésor plus précieux que tout ce que contient sa création.

 Sans éclat l’Essence est l’ultime clarté où la colère et la joie se neutralisent.

Dans son pays, qui n’est pas un pays Elle règne au-dessus de tout, car, son susurrement inaudible crée à perpétuité ses ornes qui sont devenus une grande création ou tout s’enchaîne magnifiquement et parfaitement. Bien qu’Elle ne connaît pas la désolation, c’est désolent de voir chacune de ses créatures faites à son allégorie se séparer d’Elle, a un point tel qu’elles ignorent qu’Elle est l’autorité au-dessus d’elles, elles n’entrevoient pas qu’Elle, l’Essence est continuellement en elles.

Créature divines, ainsi devenus de simples hommes et femmes à part entière selon ce qu’ils croient maintenant « être », ils ont mutés en un fade objet éphémère, car, ils ont oublié qu’ils ne sont qu’images, les porteurs de cet immense vide, l’Essence, ils ont oublié qu’ils ont été créés par Elle et pour Elle… et la Création se revêtis comme d’un manteau de neige froide et devint le monde. Par Amour pour cette parcelle de Fidèles, Elle continue de les habiter tous et de les faire se mouvoir, pour peu de temps encore.

 Oui, pour peu de temps encore, ceux qui auront conscience de l’Essence, ou plutôt auront repris connaissance d’Elle, vous serez ses uniques Sanctuaires Vivants de la seconde et dernière chance.

Oui, jusqu’au terme prévu de cette histoire sans début ni fin, qui en réalité n’aura duré qu’une tierce.

L’Essence c’est comme ce qui émane du parfum, invisible et intouchable. Nous pouvons saisir de nos mains ce flacon, ce qui sort de l’embout va et vient sur un et puis un autre. Aspergé de ce parfum c’est comme si nous étions Elle, puis imprégnés d’Elle, somptueuse odeur qui ne sent rien, vous faites désormais Un avec cette Source inépuisable.

Puis, quelques-uns se souviendront enfin qu’ils viennent d’Elle et en un clignement ils seront de retour, de nouveau totalement humectés d’Elle, sachant désormais qui Elle est et qu’inséparable ils sont d’Elle. Car, l’Essence Créatrice nous a enveloppées de son parfum dès notre venu en ce monde.

Voilà d’où vous venez, voilà qui vous êtes et voilà le Royaume qui vous a été promis.

 Bien que ce conte soit pour les mortels, dénudés de sens et de réalité, l’Essence a voulu parfumer la Nuée pour une courte période et partager son évaporation aux rescapés à qui l’Essence a fait promesse, la promesse a été tenue, celui qui devait venir est venu.

 Ceux qui ont le nez qui les chatouille à cette lecture c’est que l’Essence se reconnaît en vous, Elle vous fait sentir que vous venez d’Elle, alors que ceux qui ont du nez sentent l’odeur de l’Éternité approcher à grande inhalation. Car, Elle est vous quand t’Elle s’uni.

 Ce conte aux allures féerique l’est en effet, il est plus réel que tout ce que vos doigts touchent chaque jour, il est plus réel que les voix qui parviennent jusqu’à vous, il est plus réel que ce que vous portez a votre bouche, il est plus réel que votre famille devant vos yeux, cette famille charnelle qui danse devant vous comme un trompe l’œil, car, ils sont tous des images, des créatures, créations de l’Essence, même s’ils vous semble qu’ils danse, dans les faits ils dorment profondément. Oui, car, quand t’Elle s’uni tous s’éveillent.

 Mais vous, Princes et Princesses à l’aube du baisé qui vous réveillera, Jésus vous a préparé un siège de souverains, sentez ce parfum qui vous rappel à l’Essentiel.

http://zorobabel.fr/

Zorobabel est baty, c’est-à-dire bel et bien venu !

http://baty.online/

Comme cette histoire n’a pas de commencement, elle n’a pas non plus de fin pour vous qui l’avez reconnu et ayez pu revêtir vos habits de lin fin doré par l’Éloquence du Verbe.

Pour les corruptibles l’histoire a un début et une fin terrible.

 L’Essence procure un embrassement quand nous l’avons entendu et comprise, un feu comparable à la chaleur que procure le ventre d’une mère, en son ventre tout est vain.

 Tout part du seul pouvoir qui vous a été remis à votre parution, croire ou ne pas croire… en un autre terme plus biblique avoir la foi ou ne pas l’avoir… un pouvoir qui tranche de lui-même, la conviction est un allié de grande valeur. Qui est convaincu n’a aucun doute.

 Ainsi sera la fin de l’histoire pour les périssables et une promesse d’une histoire sans fin possible pour les Attentifs chercheurs aux cœurs sincères.

L’Essence, bonté illimitée, vous laisse le choix, soit ; un monde chaotique qui se change en un soleil brûlant à jamais avec ses mortels et la souffrance, soit ; un univers indéfini de paix, de calme pour les Assidus.

 L’Essence est pure, ce qui émane d’Elle est pureté, aucune souillure possible en Elle.

 Dans cette valse de mots, ou l’Essence m’utilise comme une harpe pour chanter l’arrivée du Cantique Nouveau. (Apocalypse 5,9).

 Le petit livre (Apocalypse 10,2).

http://www.jetsdencre.fr/lng_FR_srub_47_iprod_201-le-signe-du-fils-de-l-homme.html#sthash.KcDfowLD.dpbs

 Le Signe du fils de l’homme.

Le livre qui contient les nouvelles révélations.

 Où les clefs de cette voûte inestimable qu’est la Bible vous sont remises, pour que s’ouvrent devant vous les six premiers sceaux qui ont été scellés (Apocalypse 5, 1-5), vous donnant ainsi accès aux Cieux qui semblaient impénétrables.

http://leciel.free.fr/

Il n’y a pas d’autres entrées.

Pour que votre ultime désir arrive à son ascension, n’est-ce pas cela la bonne nouvelle tant attendue par tous ceux qui sentent l’appel de l’Essence qui vous inspire et vous conduis, oui, vous les appelés de ce monde, c’est le Signe d’une finale grandiose le sentez-vous ?

Quelle fin plus tendre que le retour des enfants prodigues vers leur Père pour festoyer. Si oui, suivez l’arôme enivrant de la Vérité, laissez les exaltantes palpitations de l’Essence vous guider vers l’Éternité, pour les éternités, d’éternités.

Fraternellement Salomé

Qu’est-ce qu’une métaphore ?

 

Qu'est ce qu'une métaphore ?

Il est primordial que vous puissiez comprendre les métaphores citées dans la Bible, le lien ci-dessous vous amène vers un nouveau blog qui vous en donnera les explications.

Cliquez ici, allez directement sur ce fabuleux et primordial blog : Métaphore !

Jésus à son époque utilisait des métaphores pour s’adresser aux petits enfants qui voulaient bien l’écouter, le temps est aujourd’hui venu d’ôter le voile sur leurs significations.

Aveugle et sourd ?

Vous vous dites sûrement en lisant les Écritures bibliques que vous vous n’êtes pas aveugle et surtout pas sourd, mais pourtant selon le Fils de Dieu, Jésus, vous l’êtes !

Pour retrouver la vue et entendre ce que dit Dieu, vous devez soigner ses deux organes !

Il n’y a qu’Un Seul Docteur, Jésus, mais vous ne comprenez plus ce qu’il disait, alors le Fils de l’homme est venu pour vous soigner et vous faire voir et entendre de nouveau.

Comme une renaissance, vous entendrez et verrez pour la première fois…

Que ceux qui ont des oreilles entendent ce que l’Esprit vous dit.

Diapositive1Diapositive2Diapositive3Diapositive4Diapositive5Diapositive6Diapositive7Diapositive8Diapositive9Diapositive10Diapositive11Diapositive12Diapositive13

Suivez-le sur Twitter

J’ai cherché le Christ à son retour, j’ai enfin trouvé, je me suis fait enseigner par Lui, maintenant je repose en Lui, Lui en moi. Je peux porter du Fruit, car, je l’ai reconnu d’entre tous. J’ai dévoré son livre, car, j’étais affamé, je n’étais plus nourri par mon Cep,  moi le sarment qui séchait debout parce que j’étais séparé de Lui, en ne comprenant pas ce que je lisait des Saintes Écritures. Je suis Esprit et notre nourriture est le Pain de Vie, c’est-à-dire la Parole de Dieu. Si vous ne parvenez pas à la comprendre avant fin, vous serez un sarment sec, vous serez mort de faim, car, vous n’aurez pas nourri votre esprit.

 

Diapositive1Diapositive2Diapositive3Diapositive4